Les distributions, en voici en voila

Alors, je vous ai parlé précédemment des distributions GNU/Linux.

Les distributions sont des ensembles cohérents de logiciels assemblés autour du système d’exploitation GNU/Linux. Mais que font elles vraiment à part réunir les projets (noyau, X window, environnement du bureau…) ?

Et bien d’abord elles gèrent la compilation (des logiciels et composantes), le format de paquets (le paquet est un élément pré-compilé comme un logiciel ou une bibliothèque) et le gestionnaire de paquets (les paquets sont ensuite placés sur des serveurs qu’on appelle des dépôts, les gestionnaires de paquets va gérer la liste des dépôts, la recherche dans la liste des paquets, l’installation, les mises à jour, la gestion des dépendances (utilisation des bibliothèques nécessaires au fonctionnement…) et conflits (comme différentes versions sur 2 dépôts…) ).

Ensuite les distributions sont en lien direct avec l’utilisateur final pour lui garantir le fonctionnement de toute la chaîne de logiciel. Elles vont également choisir la configuration par défaut (c’est la première chose qu’un utilisateur va découvrir). Et enfin elles fournissent les outils de configuration du système.

Voila, malgré tout cela, ça reste les environnements de bureau qui vont créer l’interface sur laquelle on va passer tout notre temps. Alors pourquoi parle-t-on toujours uniquement des distributions ? C’est un problème. Le fait est que les distributions ont des moyens de communication importants, déjà en paramétrant votre bureau : fond d’écran, page d’accueil, salon de tchat… et elles vont être l’interlocuteur auprès des utilisateurs et entreprises. Je vais donc dans ce blog essayer de crier autant “Vive KDE !” que je ne crie “Vive openSUSE !”.

  • Les différentes distributions

 

 

 

 

Distributions Linux

Les distributions Linux les plus courantes

 

 

 

Je vais tâcher de faire une liste des distributions les plus communes en indiquant le bureau utilisé par défaut, car comme expliqué ci-dessus c’est pour moi un élément majeur. Néanmoins la plus part des distributions gèrent parfaitement les autres bureaux qu’elles fournissent.

  • openSUSE, soutenue par Novell (bureau par défaut : KDE), ainsi que sa version entreprise SUSE Linux Entreprise (SLE).
  • Debian, la distribution qui met à disposition le plus de paquets (quasiment tous les bureaux peuvent y être installés).
  • Ubuntu, issue de Debian, certainement la plus utilisée en ce moment, soutenue par l’entreprise Canonical (bureau par défaut : Gnome).
  • Mandriva, a la particularité d’être une distribution en partie Française, un fork Mageia a récemment été créé à cause des difficultés économiques et stratégiques de la société Mandriva (bureau par défaut : KDE).
  • Gentoo, a la particularité de recommander une compilation du système et de tous ses paquets, ce qui permet de gérer plus finement leurs configurations. Gentoo fait le moins de choix possibles par défaut pour laisser un maximum de libertés à l’utilisateur.
  • Red Hat, une distribution commerciale fortement utilisée en entreprise, elle est aussi à l’origine du gestionnaire de paquets RPM. (bureau par défaut : Gnome)
  • Fedora, le penchant communautaire de RedHat. (bureau par défaut : Gnome)
  • ArchLinux, se voulant légère et très à jour dans ses logiciels. (sans bureau par défaut)
  • Slackware, très ancienne distribution, bien adaptée aux serveurs. (sans bureau par défaut)

Il en existe beaucoup d’autres (Pardus, PCLinuxOS, Knoppix, CentOS, Mint…) et je m’excuse de certainement en avoir oublié qui vous tiennent à cœur.

Tout cela vous laisse donc l’embarras du choix, chacune a ses caractéristiques, mais une fois l’installation faite et que vous avez tout bien configuré à votre sauce il peut être difficile de les distinguer.

Syvolc

4 Thoughts on “Les distributions, en voici en voila

  1. Libriste on 1 June 2011 at 13 h 03 min said:

    Bonjour,
    je dois avoué ne pas vraiment savoir de quand date cet article, et ne pas avoir chercher plus avant pour le savoir, mais j’ai lu dans ces lignes quelques détails qui m’ont quelque peu chiffonnés.

    La présentation de Gentoo me semble plus que courte, la compilation non seulement du système (noyaux, etc…) mais de tous les paquets à installer, bien que la caractéristique la plus visible, n’est pas la seule particularité de Gentoo. La distro vise compatibilité, performance et stabilité (compilation pour la machine sur laquelle elle est installée) mais surtout une liberté totale de l’utilisateur déjà la compilation des paquets permet de gérer bien plus finement leurs configurations, mais cette liberté est assurée par le fait que Gentoo fait le moins de choix possible par défaut.

    Enfin ce qui me gène le plus
    Debian, ArchLinux et Slackware en KDE par défaut ?
    Sans vouloir être grossier What The Fuck ???!!!!
    J’avoue ne pas être au top sur Slackware, peut-être me trompe-je, mais il me semble bien que je n’ai jamais entendu ou lu “Slackware” et “KDE par défaut” dans la même phrase.
    Pour Debien et Arch, étant un utilisateur de ces 2 distributions depuis des lustres (1 Desktop sous Debian, 1 Laptop et un serveur perso sous Arch), je peux garantir que Kernel26 est le seul paquet dont le nom commence par K installé sur mes machines, sans que je n’ai jamais a en désinstallé un seul qui se serait glissé sans que je le demande.
    Il me semblerait même que ces dernier temps Debian tende à favoriser Gnome.

    • Bonjour, cette article date d’octobre 2010, donc je n’ai pas vraiment d’excuses temporelles.

      Désolé pour les contres-sens que j’ai pu écrire, je vais corriger tout cela, merci de m’en avoir fait la remarque.

      -Gentoo : Comme tu vois, j’ai essayé de me limiter à une phrase par distribution, très difficile, cela en évitant les mots que toutes les distributions s’attribuent comme : “compatibilité, performance, stabilité…”

      -KDE par défaut :
      Pour Debian je reconnais mon erreur, c’est corrigé.
      Pour Arch Linux je reconnais mon erreur, c’est corrigé.
      Pour Slackware, j’ai lu ça sur la page wikipedia : “L’environnement de bureau GNOME a été retiré de la distribution le 26 mars 2005”

      Merci pour tes critiques
      Syvolc

      • Nottingham Libriste on 1 June 2011 at 17 h 38 min said:

        Merci pour cette prompt réponse,

        Je tiens déjà à te présenter mes excuses pour le ton peut-être un peu agressif de ma réponse, j’espère que tu ne m’en tiendra pas rigueur.

        Pour Gentoo, il est vrai qu’il est difficile de la présenter simplement en une seule phrase, sinon en lui donnant les même adjectifs qu’une grosse majorité des distros s’attribuent (même si ça me fera toujours rire de lire des présentations de divers forks d’ubuntu viser la performance).

        Pour Slackware je reconnais humblement mon manque de culture, et après quelques recherches il semble, que même si le système est fourni sans environnement, la communauté à tendance à préféré KDE.

        Je ne sais pas si c’est le bon endroit pour parler de ça mais je me lance :
        Sinon mes félicitations pour ton blog, que je n’ai pas encore eu le temps de vraiment lire mais qui m’a l’air des plus intéressant.
        Personnellement j’ai eu à faire à Suse en deux occasions :
        – C’est la toute première distro gnu/linux que j’ai installé sur une des mes machines, mais à l’époque j’étais encore un utilisateur trop habitué des produit micromou, et je n’ai jamais vraiment reussi à m’y mettre.
        – la version SLED était installé de base sur mon netbook, et même si je lui ai reconnu beaucoup de qualités, je n’ai jamais réussi à la rendre vraiment utilisable pour l’usage que j’en voulais. Je n’ai peut-etre pas assez creusé, mais trouver des doc sur SLED était une vraie galère, et cette version “entreprise” me semblait vraiment limitée.
        En tout cas je lirais avec grand plaisir tes lignes sur Suse, qui d’après ce que j’en sais est une très bonne distribution, même si je ne l’ai jamais vraiment utilisé. Peut-etre arriveras-tu à me convaincre…

        Nottingham

        • Je comprends bien que chacun défend la distribution qui lui tient à cœur (je suis pareil), et qu’en écrivant un comparatif ici je recevrais des critiques. Mais il y avait des erreurs dans ce que j’ai écrit, merci de les avoir relevé.

          Je n’ai jamais testé SLED mais effectivement comme tu trouveras moins d’aide de la communauté ça peut vite poser problème.

          J’espère pouvoir te convaincre qu’openSUSE vaut vraiment le coup aujourd’hui.

          à bientôt
          Syvolc

Leave a Reply to syvolc Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Post Navigation