Category Archives: Logiciel

Clementine et Amarok comme père et fils

Bonjour, je vais vous parler aujourd’hui de deux lecteurs de musique sous KDE.

amarok_logoclementine-logo

Amarok est le très connu et puissant lecteur qui s’est fait une réputation grace à son excellence et à sa simplicité. Mais depuis sa version 2.0 les développeurs sont repartis de zéro pour nous présenter un tout nouveau lecteur, il est parfois critiqué pour sa lourdeur et ses “gadgets inutiles”. Clementine est un clone de l’ancien Amarok (1.X) porté sur Qt 4 (la bibliothèque graphique de KDE 4).

Clementine (0.5.3)

Le site officiel : http://www.clementine-player.org/, pour les développeurs : http://code.google.com/p/clementine-player/ . Et pour l’installer sur openSUSE : http://software.opensuse.org/

clementine_screenshot_01

Voici les différentes fonctionnalités de Clementine : il permet la gestion de bibliothèque, des listes de lecture, de la file d’attente, des jaquettes, un égaliseur, des visualisations, un convertisseur (formats audios), la lecture des fluxs, l’utilisation du système de notifications KDE, les services web comme Last.fm et Magnatune et enfin un système pour utiliser une wiimote comme télécommande.

Voici un exemple des services web proposés par Clementine (ils sont proposés dans le panneau de gauche)

clementine_screenshot_03

 

Voici le menu contextuel avec, entre autres, la possibilité de créer une “file d’attente” pour choisir à l’avance le prochain morceau à jouer quelque soit le mode (aléatoire ou non).

clementine_screenshot_04

Voici la fenêtre d’édition des informations (tags) des fichiers de musique.

clementine_screenshot_05

 

Amarok (2.3.2)

Le site officiel : http://amarok.kde.org/ . Et pour l’installer sur openSUSE : http://software.opensuse.org/

amarok_screenshot_02

Une des grandes nouveautés d’Amarok est son panneau central dit de “contexte” qui peut regrouper de nombreuses informations comme les paroles, des images ou vidéos tirées d’internet, la page wikipedia, les labels, les artistes similaire ou encore les concerts à venir. Voici la barre qui permet d’éditer le panneau de contexte :

amarok_screenshot_03

Les nombreuses fonctionnalités en plus de toutes celles proposées par Clementine (sauf wiimote) sont : effacer les doublons, plusieurs choix d’affichage (comme la liste de lecture), gestion des scripts, les étiquettes, l’ utilisation d’une base de données MySQL externe, les marques-pages pour la navigation dans les dossiers, et la barre d’humeur (moodbar, permet d’afficher un visuel sur la barre de progression représentant l’intensité de la musique, nécessite un script).

Voici un exemple d’affichage personnalisé avec la barre de contexte cachée (je l’utilise comme ça) :

amarok_screenshot_01

Voici la fenêtre qui permet d’installer un script et qui permet d’aller directement les récupérer sur internet :

amarok_screenshot_04

Et voici, pour finir, la fenêtre d’édition des informations d’un morceau. On peut constater qu’elle est beaucoup plus complète que celle de Clementine (paroles, statistiques, étiquettes…) :

amarok_sreenshot_05

Ma conclusion est qu’Amarok présente de nombreuses fonctionnalités, intéressantes mais pas toujours utiles. Clementine reste un logiciel très jeune mais qui a déjà toutes les fonctionnalités pour en faire un logiciel suffisant pour l’utilisation quotidienne tout en restant plus léger qu’Amarok.

Pour les deux logiciels :

On peut regretter des options qui ont disparues comme la recherche du nom d’un fichier avec MusicBrainz Picard (http://musicbrainz.org/). Néanmoins cela semble lié à un problème de licences. (C’est un peu le même problème qu’on rencontre dans beaucoup de logiciels Libres pour le téléchargement automatique des pochettes ou des paroles qui sont normalement soumises aux droits d’auteurs.)

Également quelques fonctionnalités sont toujours manquantes comme la possibilité de mettre au même niveau sonore plusieurs morceaux (le logiciel easyMP3Gain permet cela).

Pour information ces deux lecteurs sont normalement utilisables sous GNU/Linux, Windows et Mac OS X.

Il existe bien d’autres logiciels de ce type sous KDE mais je tenais à vous présenter ceux que j’utilise et qui sont au cœur de KDE.

Encore une fois j’ai très certainement oublié des choses, n’hésitez pas à me reprendre. (Et désolé pour ceux qui trouveront que cet article fait un peu galerie photos :p )

à bientôt

Syvolc

VirtualBox, jonglez avec vos systèmes d’exploitation

Bonjour,

Aujourd’hui, je fais suite au dossier précédent (SUSE Studio), avec un petit guide d’utilisation de VirtualBox. L’outil de virtualisation qui peut être très utile pour tester un Live CD sans rien graver ni redémarrer votre ordinateur.

VirtualBox est sous licence GPL et est son interface est en Qt (bref, que du bon pour nous). La version 3.2.10 est sortie le 8 octobre 2010. Néanmoins, VirtualBox appartient à Oracle, actuellement décrié par la communauté Libre à cause de ses choix à l’encontre de celle-ci.

virtualbox-img

Vous pouvez télécharger VirtualBox OSE pour openSUSE ici : http://software.opensuse.org/ et sur le site officiel pour les autres plateformes : http://www.virtualbox.org/.

Vous devrez également posséder au moins une image d’une distribution, vous pouvez par exemple télécharger openSUSE Live KDE ici : http://software.opensuse.org/.

page_d-acceuil

Une fois VirtualBox exécuté, faites “New”.

Une fenêtre de création de machine virtuelle apparait, faites “Next”.

creation_machine

Choisissez le nom et le système d’exploitation. Passez à la page suivante.

choix_memoire

Choisissez la taille pour la mémoire. Je vous conseille de laisse par défaut (500 Mo).

creation_HDD

Créez un nouvel espace pour votre disque dur virtuel. Faites plusieurs fois “Next”, donnez lui un nom puis vous pouvez encore une fois laisser la taille par défaut (8 Go) si vous avez la place.

taille_HDD

Faites “Finish” (disque dur virtuel créé) et une seconde fois “Finish” (machine virtuelle créée).

machine_ok

Maintenant que votre machine apparait dans la liste, vous pouvez la démarrer en appuyant sur “Start”.

Faites “Ok”, aux différents messages d’avertissement.

L’assistant de première utilisation se lance (le “First Run Wizard”), faites “Next”.

montage

Cliquez sur le bouton pour changer le média.

liste_des_iso

Dans la fenêtre qui s’ouvre, rester dans l’onglet “CD/DVD Images”, faites “Add” puis aller chercher votre .iso (l’image CD d’une distribution Live). Puis faites “Select”, “Next” puis “Finish”.

Et voila, votre distribution se lance.

virtual_opensuse

Je vous laisse découvrir les détails.

Gardez en tête que par défaut il faut faire la touche “Ctrl” de droite pour sortir de la machine virtuelle.

Voila, j’espère avoir pu en aider plus d’un. Amusez-vous bien !

 

Plus d’infos sur la version 3.2.10 sur LinuxFr : http://linuxfr.org/2010/10/16/27474.html

Syvolc

 

Heroes of Newerth

Je vais vous parler aujourd’hui d’un des rares jeux grand public à tourner nativement sur Linux. Néanmoins c’est un jeu payant et propriétaire.

Logo de Heroes of Newerth

http://www.heroesofnewerth.com/

Heroes of Newerth (HoN) est un jeu d’arène en ligne. Des petites armées contrôlées par l’ordinateur s’affrontent. Vous incarnez un des 10 héros (5 contre 5) qui va venir influencer la bataille jusqu’à destruction de la base ennemi. Pour cela, tuer les héros adverses reste la meilleur stratégie.

Les héros évoluent jusqu’à un niveau 25 et à chaque niveau vous allez pouvoir apprendre des sorts ou améliorer vos caractéristiques de combat. Il existe 70 héros pour l’instant, mais de nouveaux sont ajoutés régulièrement. L’équipe de développement est très active.

Capture d'écran de HoN

HoN est totalement inspiré de DotA (Defense of the Ancients) qui est un mod (une partie personnalisée créée par des jours) de Warcraft 3 (qui passe bien sur Linux avec Wine).

Il existe plusieurs autres dérivés comme League of Leagends (LoL) ou encore DotA 2 qui vient d’être annoncé. Ces deux jeux ne tournent pas sous Linux.

Le jeu coute 30$. Je tiens à signaler que ce ne sont pas des jeux très simples et que le niveau des joueurs croisés sur internet peut en rebuter quelques uns au début. À noter également qu’il n’y a pas encore de mode LAN de disponible.

Néanmoins je tenais à souligner l’effort qui a été fait pour que les utilisateurs Linux ne soient, pour une fois, pas laissés de coté.

Syvolc